Appel pour l'unité des Pays de La Loire

Publié le par veronique mahe

"Les Pays de la Loire : une région d’hommes et de femmes, et de territoires solidaires,… ensemble ouverts au monde Quelques semaines après l’adoption d’une loi qui définit et renforce le rôle des métropoles, le Premier ministre a fait le choix de lancer un vaste débat dans le pays sur l'organisation des régions d’abord, et des départements ensuite. Acteurs économiques, sociaux, culturels, associatifs, élus et citoyens des Pays de la Loire, nous pensons que les priorités des français sont avant tout l'emploi, le pouvoir d'achat, la sécurité, les services publics,... Mais nous savons leur attachement à l’efficacité de l’action publique, et leur préoccupation réelle quant à son coût. Nous n’éludons pas le débat de la rationalisation de son organisation, qui concerne tout autant l’Etat, et même plus, que les collectivités locales. Nous sommes favorables à une clarification des missions confiées aux collectivités locales pour agir au plus près, et au plus juste, des besoins des territoires dans de nombreux domaines : action économique, emploi et formation, enseignement supérieur, recherche et innovation, environnement, énergie, transports, éducation, culture et sports, sans oublier l’ensemble des solidarités, si importantes et assumées par les départements aujourd’hui. Alors, si l'organisation territoriale doit évoluer, cela n'aura de sens que si elle contribue à mieux répondre aux attentes des citoyens et aux enjeux réels de développement de nos territoires. Nous sommes ouverts au changement et nous choisissons d'entrer de plain-pied dans ce débat. Mais nous le voulons serein, objectif, respectueux et dépassionné. Il ne peut pas débuter par des annonces de découpages et de suppressions. Les Pays de la Loire ont une histoire. Elle est récente. Elle est écrite par des acteurs qui ne revendiquent pas une identité régionale, mais des valeurs communes. Des valeurs d’ouverture au monde, de solidarité, d’entreprenariat, d’initiative. Ils revendiquent aussi des pratiques, des coopérations, des échanges et des mises en réseau que beaucoup nous envient. De ces valeurs et de ces pratiques sont nés des succès remarquables, dont les uns et les autres tirent fierté et, osons le mot, bonheur. Les Pays de la Loire, dans leur diversité, sont en tête de nombreux classements importants. Région de France au plus faible taux de chômage depuis maintenant près de 2 ans, et première région française pour la création d’emplois industriels, taux de pauvreté le plus faible du pays, 1ère région française pour le soutien à la recherche, … Les ligériens ne s’y trompent pas. 93% d’entre eux se déclarent heureux de vivre dans leur région (plus fort taux en France), 65% se déclarent confiants dans l’avenir de leur territoire tandis qu’ils ne sont que 20% à se déclarer confiants en l’avenir du Pays. Et cette confiance concerne aussi la relation des citoyens aux élus, tous bords politiques confondus. La qualité de vie est aussi notre « marque de fabrique ». Région la plus sportive de France, 2ème région française pour le développement durable, 1ère région productrice de produits de qualité certifiée, 2ème région française pour l’agriculture biologique,… Et contrairement aux idées reçues, forte de ses 3,6 millions d’habitants et de ses 5 départements, notre région dispose d’une « taille critique » tout à fait suffisante en comparaison des Länder allemands ou des provinces espagnoles. L’attractivité et la puissance de sa capitale régionale irriguent nos territoires, en particulier grâce aux coopérations entre métropoles, et dépasse nos frontières. Alors changer l’organisation des Pays de la Loire, nous ne pouvons l’envisager que si cela se traduit par un plus, et non par un moins. La solidarité qui nous anime dans l’action au quotidien, nous la préserverons face aux choix à venir. Les Pays de la Loire sont une terre de diversité et d'équilibre dont le succès repose sur la coopération et la confiance, sur son unité. Et c'est ensemble que nous poursuivrons la construction de notre région ou que nous choisirons un partenariat avec d'autres territoires. Nous ne nous laisserons pas enfermer dans un débat centré sur le passé. Nous nous déterminerons en fonction d’un projet d'avenir que des femmes et des hommes choisiront de porter ensemble. D’ores-et-déjà, des coopérations privilégiées et des enjeux communs nous lient à la Bretagne, dans les domaines universitaires, de l’économie maritime, des infrastructures ou de l’agro-alimentaire par exemple. Mais nous sommes aussi tournés vers la région Centre, avec qui nous partageons le Val de Loire. Ou encore vers les deux Normandie, sans oublier Poitou-Charentes. Le temps de la décision n'est pas venu car nos choix doivent résulter d'un large débat, d'abord au sein des Pays de la Loire, en associant les citoyens et l'ensemble des forces vives de notre région. L'Etat doit faire confiance aux territoires. La France est riche de sa diversité, un modèle unique n'est pas forcément le plus adapté ni le plus efficace. Dans le respect de la volonté de simplification et d'efficacité portée par le Président de la République et le Premier ministre, l'initiative locale doit être respectée et les décisions prises dans le dialogue et la recherche du compromis le plus fédérateur possible. Il ne saurait être question de nous imposer une carte depuis Paris. Au moment d'entrer dans ce débat nous pensons d'abord à la jeunesse de l'Ouest, à son avenir, à la place de l'Ouest dans l'Europe et le monde, aux difficultés de celles et ceux qui souffrent dans la crise. Engagés au service des citoyens nous mesurons nos responsabilités et notre obligation d'être libres, courageux et innovants pour réussir l'avenir. Ensemble. Les Pays de la Loire : une région d’hommes et de femmes, et de territoires solidaires,… ensemble ouverts au monde Quelques semaines après l’adoption d’une loi qui définit et renforce le rôle des métropoles, le Premier ministre a fait le choix de lancer un vaste débat dans le pays sur l'organisation des régions d’abord, et des départements ensuite. Acteurs économiques, sociaux, culturels, associatifs, élus et citoyens des Pays de la Loire, nous pensons que les priorités des français sont avant tout l'emploi, le pouvoir d'achat, la sécurité, les services publics,... Mais nous savons leur attachement à l’efficacité de l’action publique, et leur préoccupation réelle quant à son coût. Nous n’éludons pas le débat de la rationalisation de son organisation, qui concerne tout autant l’Etat, et même plus, que les collectivités locales. Nous sommes favorables à une clarification des missions confiées aux collectivités locales pour agir au plus près, et au plus juste, des besoins des territoires dans de nombreux domaines : action économique, emploi et formation, enseignement supérieur, recherche et innovation, environnement, énergie, transports, éducation, culture et sports, sans oublier l’ensemble des solidarités, si importantes et assumées par les départements aujourd’hui. Alors, si l'organisation territoriale doit évoluer, cela n'aura de sens que si elle contribue à mieux répondre aux attentes des citoyens et aux enjeux réels de développement de nos territoires. Nous sommes ouverts au changement et nous choisissons d'entrer de plain-pied dans ce débat. Mais nous le voulons serein, objectif, respectueux et dépassionné. Il ne peut pas débuter par des annonces de découpages et de suppressions. Les Pays de la Loire ont une histoire. Elle est récente. Elle est écrite par des acteurs qui ne revendiquent pas une identité régionale, mais des valeurs communes. Des valeurs d’ouverture au monde, de solidarité, d’entreprenariat, d’initiative. Ils revendiquent aussi des pratiques, des coopérations, des échanges et des mises en réseau que beaucoup nous envient. De ces valeurs et de ces pratiques sont nés des succès remarquables, dont les uns et les autres tirent fierté et, osons le mot, bonheur. Les Pays de la Loire, dans leur diversité, sont en tête de nombreux classements importants. Région de France au plus faible taux de chômage depuis maintenant près de 2 ans, et première région française pour la création d’emplois industriels, taux de pauvreté le plus faible du pays, 1ère région française pour le soutien à la recherche, … Les ligériens ne s’y trompent pas. 93% d’entre eux se déclarent heureux de vivre dans leur région (plus fort taux en France), 65% se déclarent confiants dans l’avenir de leur territoire tandis qu’ils ne sont que 20% à se déclarer confiants en l’avenir du Pays. Et cette confiance concerne aussi la relation des citoyens aux élus, tous bords politiques confondus. La qualité de vie est aussi notre « marque de fabrique ». Région la plus sportive de France, 2ème région française pour le développement durable, 1ère région productrice de produits de qualité certifiée, 2ème région française pour l’agriculture biologique,… Et contrairement aux idées reçues, forte de ses 3,6 millions d’habitants et de ses 5 départements, notre région dispose d’une « taille critique » tout à fait suffisante en comparaison des Länder allemands ou des provinces espagnoles. L’attractivité et la puissance de sa capitale régionale irriguent nos territoires, en particulier grâce aux coopérations entre métropoles, et dépasse nos frontières. Alors changer l’organisation des Pays de la Loire, nous ne pouvons l’envisager que si cela se traduit par un plus, et non par un moins. La solidarité qui nous anime dans l’action au quotidien, nous la préserverons face aux choix à venir. Les Pays de la Loire sont une terre de diversité et d'équilibre dont le succès repose sur la coopération et la confiance, sur son unité. Et c'est ensemble que nous poursuivrons la construction de notre région ou que nous choisirons un partenariat avec d'autres territoires. Nous ne nous laisserons pas enfermer dans un débat centré sur le passé. Nous nous déterminerons en fonction d’un projet d'avenir que des femmes et des hommes choisiront de porter ensemble. D’ores-et-déjà, des coopérations privilégiées et des enjeux communs nous lient à la Bretagne, dans les domaines universitaires, de l’économie maritime, des infrastructures ou de l’agro-alimentaire par exemple. Mais nous sommes aussi tournés vers la région Centre, avec qui nous partageons le Val de Loire. Ou encore vers les deux Normandie, sans oublier Poitou-Charentes. Le temps de la décision n'est pas venu car nos choix doivent résulter d'un large débat, d'abord au sein des Pays de la Loire, en associant les citoyens et l'ensemble des forces vives de notre région. L'Etat doit faire confiance aux territoires. La France est riche de sa diversité, un modèle unique n'est pas forcément le plus adapté ni le plus efficace. Dans le respect de la volonté de simplification et d'efficacité portée par le Président de la République et le Premier ministre, l'initiative locale doit être respectée et les décisions prises dans le dialogue et la recherche du compromis le plus fédérateur possible. Il ne saurait être question de nous imposer une carte depuis Paris. Au moment d'entrer dans ce débat nous pensons d'abord à la jeunesse de l'Ouest, à son avenir, à la place de l'Ouest dans l'Europe et le monde, aux difficultés de celles et ceux qui souffrent dans la crise. Engagés au service des citoyens nous mesurons nos responsabilités et notre obligation d'être libres, courageux et innovants pour réussir l'avenir. Ensemble."

http://www.paysdelaloire.fr/dossiers-thematiques/un-appel-pour-lunite-des-pays-de-la-loire/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article