HOMMAGE AUX REPUBLICAINS ESPAGNOLS A ST NAZAIRE - Allocution de Guy TEXIER représentant du Comité du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant

Publié le par Véronique Mahé

« ce n’est pas seulement un devoir de mémoire, mais aussi un avertissement pour l’avenir, tant les similitudes existent avec les années 1930 » Guy TEXIER

« ce n’est pas seulement un devoir de mémoire, mais aussi un avertissement pour l’avenir, tant les similitudes existent avec les années 1930 » Guy TEXIER

"Monsieur le Maire,


Mmes et Messieurs les élus(es) , Mmes et Messieurs les représentants de l’ ACER et de MERE
Mmes et Messieurs , Chers amis (es) et camarades,


Il est toujours important pour une ville de s’approprier son histoire, toute son histoire.
L’histoire d’une ville, c’est l’histoire de sa population et ces lieux, de la base des sous marins
marquent l’histoire de Saint Nazaire, l’histoire d’une période de souffrance, mais aussi une période de combats pour la liberté, la démocratie et la paix.


Cet édifice qui symbolise la guerre, la souffrance d’une population, de ceux qui furent
contraints de la construire est devenu aujourd’hui un lieu de culture et de tourisme, il est donc aussi important que ceux qui viennent visiter ces lieux sachent aussi l’histoire de sa construction et que des hommes exilés de leur patrie, internés ont été contraints d’y travailler, d’y résister, prolongeant ainsi le combat qu’ils ont menés pendant 3 années dans leur pays, l’ Espagne, contre le coup d’état fasciste contre la République, contre la liberté, et plonger leur pays dans une dictature sanguinaire, de l’obscurantisme le plus profond pendant près de 40 ans.


Comment ne pas se souvenir ici de cette phrase d’ Albert Camus prononcer en 1945 :
‘’Depuis 9 ans les hommes de ma génération vivent la vie de l’ Espagne. C’est par l’ Espagne
que nous avons appris que l’on peut avoir raison et être vaincu. C’est pour cela que votre
guerre fut déjà la notre, car elle était une guerre pour la liberté’’


L’ hommage que nous rendons aujourd’hui, dans ces lieux, à nos camarades Républicains Espagnols et à tous ceux de toutes nationalités qui ont été contraints par l’armée d’occupation allemande, avec la complicité de Vichy, n’est pas seulement un devoir de mémoire, mais aussi un avertissement pour l’avenir, tant les similitudes existent avec les années 1930.
Nous vivons une période difficile, dangereuse à bien des égards, les forces de l’extrême droite , les forces de l’obscurantisme, de la xénophobie et du racisme progressent en désignant un nouveau bouc émissaire, l’immigré, celui qui vient d’ailleurs.


Ce mal est un cancer qui fait son oeuvre avec méthode, la ruse et la tromperie.


Au moment de la ‘’Retirada’’ en 1939, les Républicains Espagnols ont été regroupés dans des
camps de sinistre mémoire, de Gurs, d’Argelès, Barcarès, St. Cyprien et tant d’autres , dans des
conditions indignes qui étaient un déshonneur pour notre pays. Ils furent enrôlés dans les Compagnies des Travailleurs Etrangers (CTE) dès 1939 pour suppléer le manque de main d’oeuvre , les Français étaient à la guerre. La décision de l’armée allemande de construire des forteresses tout au long de la mer du Nord, la Manche , l’ Atlantique , ils furent contraints de travailler à leur construction pour une armée qu’ils avaient déjà combattu en Espagne.
Ainsi un camp fut établi à Montoir, le Camp ‘’Franco’’ , exilés, internés avec d’autres exilés
venant d’autres pays d’ Europe, les Républicains Espagnols constituaient la plus grande masse de ces CTE.


A Montoir c’était181 ème et la 512 ème CTE , beaucoup de ces Républicains étaient
politiquement organisés au PCE, au PSOE, à la CNT, au POUM. Ces CTE étaient des lieux favorables à l’organisation de la Résistance et c’est tout naturellement que les dirigeants de cette Résistance Joan et Henrique ESCUER prirent contact avec la Résistance communiste qui s’était constituée dès 1940 à St. Nazaire par l’intermédiaire d’ Henri Monbuisson. Les risques étaient grands, les sabotages étaient durement sanctionnés et la police Allemande était secondée par la police de Vichy. Bénéficiant d’une certaine liberté de circulation, nos camarades Espagnols ont grandement aidé à l’organisation de la Résistance dans tout le département de Loire Inférieure. La Résistance y compris à l’intérieur du camp et dans la base se traduisait par des sabotages de machines, sur les circuits électriques, contre l’industrie de guerre allemande.
Et puis l’épisode du monument Américain , les allemands voulant récupérer le bronze, qui
était en fait un alliage, voulaient le faire fondre pour récupérer le métal, s’est traduit par une
destruction irrécupérable ,c’était un acte de résistance.


Cette résistance fut démantelée au cours du 2 ème semestre de 1942, il y eut 88 arrestations
dont la majorité parmi ceux qui travaillaient à la construction de la base et 12 furent fusillés dont 4 de ceux de la base après le procès des 42 de janvier 1943 à Nantes et 7 au camp de Rouillé en juin 1944 après le procès de décembre 1943 à Paris. Beaucoup d’autres furent déportés dans les camps nazis, dont Joan ESCUER, au camp de Dachau dès 1943 , il y survécu et mourut en Espagne en 2004 après un long exil en France. La répression a été très forte contre les Républicains Espagnols, la police secrète allemande avec la police politique de Franco et l’aide de la police de Vichy ont traqué les Républicains de toutes tendances politiques ou syndicales.


Ainsi LLuis Companys , qui fut pendant la République le Président du Généralitat de
Catalogne, réfugié à La Baule fut arrêté par les polices secrètes allemande et espagnole le 13 août 1940, livré à Franco, il est fusillé le 15 octobre 1940 à Montjuic près de Barcelone.
Pour les Amis des Combattants de l’ Espagne Républicaine et les amis de la Mémoire de l’ Exil
Républicain Espagnol , il était important qu’il leur soit rendu hommage.


Le Comité du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant et Nantes et de la Résistance en Loire
Inférieure rendra hommage aux cinq fusillés Républicains Espagnols dont Alfrédo Gomez Olliéro
dimanche à la Chapelle Basse Mer ,il était un des responsables de la Résistance Espagnole pour la Loire Inférieure.


Au nom du Comité du Souvenir, des Amis des Combattants de l’ Espagne Républicaine, et les
amis de la Mémoire de l’ Exil Républicain Espagnol, je vous remercie ,Monsieur le Maire, ainsi que la majorité de votre Conseil Municipal et de tous ceux qui ont soutenu notre demande d’honorer nos camarades Républicains Espagnols et ceux de différentes nationalités qui ont été contraints de construire cette base.


Nous formulons le voeux très cher qu’elle soit un lieu de culture, d’histoire, de mémoire et de
paix.
Je vous remercie de votre attention."


Guy TEXIER (10 février 2017) représentant le Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant et Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

Commenter cet article