Commémoration de la journée de la Résistance - 27 mai 2019 - Trignac

Publié le par Véronique Mahé

Commémoration de la journée de la Résistance - 27 mai 2019 - Trignac
Commémoration de la journée de la Résistance - 27 mai 2019 - Trignac

Le 27 mai dernier, à l'initiative du Comité du Souvenir de Loire Atlantique, des sections PCF Brière et Saint-Nazaire, un hommage a été rendu à la Résistance Française, hommage auquel s'est associée la majorité municipale de Trignac, représentée par Mr LELIEVRE.

 

Je reproduis ci-dessous l'allocution de notre ami et camarade Guy TEXIER au nom du Comité départemental du Souvenir :

 

"Monsieur le Maire

Chers Amis et Camarades,

 

La création du Conseil National de la Résistance le 27 mai 1943, est une date importante, ce jour là, tous les groupes de la Résistance se sont unis, pour libérer notre pays du joug des nazis. A l'est comme à l'ouest de l'Europe, avec les armées alliées l'espoir devenait réalité pour libérer le continent, à tout jamais, de la bête immonde.

 

Mais, ceux de la Résistance, qui dès 1940 s'étaient engagés dans ce combat, au péril de leur vie, avaient aussi l'ambition de donner à la France, ce qui déjà était au cœur des luttes de 1936, une constitution laïque, démocratique et sociale, que la France soit une République de progrès social et de libertés.

 

Ce fut ce double objectif du CNR et de son programme de 1944, que le gouvernement provisoire, qui était l'émanation des forces de la Résistance a mis en place, dont la Sécurité Sociale, les nationalisations, le statut de la Fonction Publique et bien autres choses.

 

Pour nous, si nous sommes ici ce n'est par nostalgie, c'est avant tout un hommage rendu à tous ceux de la Résistance, hommes et femmes, communistes, socialistes, démocrates, croyants ou non croyants, qu'ils furent français ou immigrés.

 

Non ce n'est pas de la nostalgie, mais bien la poursuite d'un combat pour s'opposer à la destruction systématique des conquêtes du CNR, pour reconquérir ce qui a été détruit depuis plus de 30 ans par les gouvernements successifs.

Nous nous réjouissons que lors de la rencontre, le 22 mai, des maires des cinq communes faites Compagnon de la Libération, avec Mme. Johanna ROLLAND, maire de Nantes ; Mme. Anne HIDALGO, maire de Paris ; Mr. Eric PIOLLE, maire de Grenoble ; Mr.Thomas OTTENHEMER, maire de Vassieux-en- Vercors et Mr. Dominique SALVERT, maire de l'Ile de Sein aient tenu à rappeler le serment et réaffirmer la volonté de transmission des valeurs de l'Ordre, qui sont aussi celles de la République, comme nous partageons la déclaration de Mme. Johanna ROLLAND : je cite :

 

« Parce que les générations passent, parce que notre monde va vite et que son rythme nous enchaine parfois à l’immédiateté et à l’éphémère, nous avons un devoir particulier de mémoire, pour transmettre le souvenir de celles et ceux qui se sont battus pour notre liberté, honorer leur mémoire, faire vivre les valeurs qui les animaient...." et elle ajoute : "Car cette fidélité à la Mémoire des femmes et des hommes qui ont refusé la défaite, qui ont refusé l'abjection du nazisme, qui ont combattu ses complices, elle doit aussi s'exprimer dans nos choix, dans notre action au quotidien aujourd’hui. Alors soyons dignes d’eux, des combattants du Vercors, des 130 de l’Ile de Sein qui répondirent à l’appel du Général De GAULLE, des 50 otages dont Nantes garde la mémoire, des insurgés parisiens qui se soulevèrent en août 44, des courageux manifestants grenoblois du 11 novembre 1943, dont 44 furent arrêtés et déportés. Soyons dignes de tous les autres, connus ou anonymes »

 

C'est ce que faisons aujourd'hui, en nous retrouvant ici. C'est ce que, toujours, nous devons continuer à faire.

 

Pourtant, il nous faut aller plus loin et se poser la question et y répondre " pourquoi sommes-nous aujourd'hui dans la situation politique, économique et socialegue nous connaissons ? “Pourquoi, ce résultat des élections d'hier, qui voit venir les résurgences, en France et en Europe, des idéologies racistes et xénophobes de la droite extrême et de l'extrême droite ?

 

Pourquoi le peuple de gauche déserte-t-il les bureaux de vote et à perdu confiance dans

ceux qu'il a pourtant élus. Pourquoi ses élus n'apportent-ils pas de réponse à ses légitimes

revendications sociales et que les inégalités sociales n 'ont jamais été aussi grandes ?

S'il n'y a pas de réponse venant de la gauche, alors le pire peut à nouveau surgir.

 

Aujourd'hui nous sommes ici par ce que nous ne renoncerons jamais à ce combat, à celui des résistants qui ont su se rassembler et créer le CNR et son programme de justice et de progrès social.

 

Oublier serait faillir à notre devoir de mémoire, renoncer ce serait trahir ces hommes et ces femmes qui ont été la Résistance du peuple de France. Oublier ce serait trahir le serment qu’ils et elles ont fait le jour de leur Libération et de la Libération de la France. »

Guy TEXIER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article