68ème hommage à Jean de Neyman (8 septembre 2012)

Publié le par veronique mahe

2012-09-08-16.38.58.jpg

Le 2 septembre 1944, Jean de Neyman, jeune professeur agrégé de 30 ans, était fusillé par les nazis. Epris de justice et de fraternité, il organisa l’évasion de deux déserteurs allemands menacés d’exécution et en assuma l’entière responsabilité, lorsqu’il fut arrêté plus tard.

Jean de Neyman referma sa lettre d’adieu à ses parents par ces mots : « Tout le bonheur de l’homme tient dans ce devoir. Agir et espérer. »

Au-delà de ce devoir de mémoire, il s’agit de nous réclamer de la leçon donnée par ces hommes et ces femmes ordinaires : avoir cet esprit de résistance lorsque l’essentiel est en jeu.

 

 

Commenter cet article