Le 8 mars ne doit pas être une journée sans lendemain !

Publié le par veronique mahe

sans-titre3.png

Le 21 avril 1944, avec l’impulsion du ministre communiste Fernand Grenier, les femmes obtiennent le droit de voter et d’être élues. Après des années de luttes, elles deviennent des citoyennes à part entière. Néanmoins, 70 ans plus tard, elles demeurent bien moins représentées dans les rangs des élus : moins de 27% des parlementaires à l’Assemblée nationale sont des femmes ; moins de 22% au sénat ; moins de 14 % des maires sont des femmes.

Payées en moyenne 25% de moins que les hommes, pour le même travail, les femmes sont toujours davantage exposées au risque de chômage et de pauvreté,  assument souvent seule des charges de familles suite à la séparation du couple et assurent en moyenne 80% des tâches ménagères.

Comment ne pas évoquer le projet de loi du gouvernement espagnol d’interdire l’IVG, comment ne pas s’insurger contre « les manifestations pour tous » en France qui témoignent que la liberté sexuelle et sociale des femmes est toujours menacée !

Si nous pouvons mesurer le chemin parcouru, nous devons également mesurer celui qui reste à parcourir pour qu’une petite fille ne soit pas cantonnée à certaines études, à certains métiers, qu’elle ne soit pas soumise au temps partiel, qu’elle ait un salaire égal à celui d’un homme, pour qu’elle ne subisse pas la violence qui fait que dans notre pays une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon.

Clara Zetkin déclarait : « Le droit de vote ou l’égalité civile de la femme une fois inscrits dans  les lois et les codes, l’exploitation des femmes n’en sera pas pour autant supprimée. » 

Notre lutte est toujours d’actualité : le 8 mars ne doit pas être une journée sans lendemain !

Commenter cet article