SYRIE, UN PEUPLE MEURTRI (tract du PCF)

Publié le par veronique mahe

 

Voilà maintenant 16 mois que dure la tragédie syrienne. Le bilan? Des massacres de civils, plus de 20 000 morts, 65 000 détenus et disparus, 2 millions de personnes déplacées, des villes en ruine et une famine qui menace 3 millions de personnes dans la capitale. Cette entrée en matière est effrayante, d'autant plus que nous savons aujourd'hui que la démission de Kofi Annan a mis fin à l'espoir d'une issue politique au conflit.

Un chaos régional

Le régime Assad maintien la population dans la peur et la terreur atteint son paroxysme.

La militarisation du conflit n'a cessé de s'accentuer, transformant le conflit en véritable guerre. Toute résistance civile et propositions alternatives de forces politiques ont été écartées, éradiquées au profit d'un conflit armé qui ne cesse de décimer le peuple syrien.

La solution n'est pas dans la militarisation mais bel et bien dans la recherche d'une solution politique. Encore faut-il que les grandes puissances laissent leurs intérêts géostratégiques de côté et privilégient la reconstruction d'une Syrie démocratique. Mais le peuple syrien est pris en otage par ces puissances qui entretiennent la crise syrienne comme une « guerre par procuration », c'est inacceptable ! Les peuples n'ont pas à souffrir de rivalités entre grandes puissances.

L'échec de la mission de paix

La démission de Kofi Annan montre l'impasse dans laquelle se trouve la Syrie. La mission de paix, initialement acceptée par tous est devenue impossible. Il revient maintenant à la France de prendre les initiatives nécessaires pour renouer le fil d'une diplomatie acceptable qui permette un consensus préservant la sécurité du peuple syrien.

Une politique au service de la paix

Nous devons rompre avec l’alignement libéral et atlantiste, la politique de force et d’intervention militaire et avec les logiques de puissance, pour agir en faveur de la paix, du règlement des conflits et du rétablissement du droit international.

En Syrie, il faut qu'une solution politique intervienne et traduise réellement les aspirations légitimes du peuple syrien et sa volonté de voir les droits humains enfin respectés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article