Lettre ouverte de Nordine Idir à Stephane Tiki

Publié le par Véronique Mahé

Je reproduis ci-dessous la lettre ouverte de Nordine Idir, secrétaire général du Mouvement des Jeunes Communistes, à Stéphane Tiki :

"Cher Stéphane,

C'est avec une grande tristesse que j'apprends ta situation. Comme pour des milliers d'autres individus, privé de papiers et donc d'une vie digne, laisse-moi t'apporter mon soutien et ma solidarité. Ce qui ne tue pas, rend plus fort. J'espère que dans ton cas, ce qui ne t'expulseras pas, te rendra plus humain.

J'espère de tout cœur que tu obtiendras ce que tu souhaites, et comme je l'espère, tu ouvriras les yeux sur la vie de ces milliers d'autres personnes, qui comme toi veulent vivre où leur cœur les porte. Car ta situation est inconfortable et disons-le franchement inhumaine car se retrouver dans cette situation est une souffrance. D’abord, parce que faire état de sa situation personnelle à tout le monde est très difficile tant on est affecté dans son intimité. Ensuite, parce que devenir sans-papiers relève d’une mécanique de l’arbitraire bien huilée où derrière les critères, une administration peut classer votre dossier en un rien de temps. Enfin, parce que tu vis peut-être avec la peur au ventre, celle de subir un contrôle de police anodin qui pourrait mener en centre de rétention, qu’il faut être vigilant à chaque sortie.

Nous connaissons ces situations à travers nos actions militantes quand nous travaillons à régulariser des camarades de classe sans-papiers. Je ne la connais d’autant mieux en raison de mon vécu familial et de celui d’amis. Je ne parlerai même pas de ces milliers de morts qui échouent dans des bateaux de fortune aux portes de l’Europe et dont on a appris la mort de trois cent d’entre eux dimanche dernier. C'est cette humanité, qui t'es refusée aujourd'hui. Quelle doit être ta détresse, de te rendre compte qu'aimer la France, être le principal responsable d'un "mouvement" (si ce mot est valable pour ton organisation, tant elle paraît immobile) de jeunes et être groupie de Nicolas Sarkozy ne sont pas des conditions nécessaires à l'obtention de la nationalité, ni de pouvoir être responsable de cette organisation.

Peut-être regrettes-tu aujourd'hui ton engagement pour la Droite Forte, avec son discours virulent à l'égard des "étrangers", légaux ou pas, et de leurs descendants.

Mais sache qu’en qualité de secrétaire général du mouvement des jeunes communistes, personne ne t’aurait contraint à rendre ton mandat car tu aurais été jugé avant tout sur tes actes et non pas ta situation. Mais sache que pour résoudre tes problèmes, nous, les jeunes communistes et les mouvements citoyens, avons des solutions.

Notre philosophie est la suivante : l'immigration ne peut être choisie, les mouvements d'individus ont toujours été le fait de l'humanité. Une société qui refuse l'immigration engendre la haine et la violence. Nos revendications sont celles-ci : un statut légal aux travailleurs sans-papiers, donc sans-droits, car c'est se battre contre le chômage, le nivellement des salaires vers le bas, c'est aussi affirmer une société juste et humaine. Pour les jeunes, un droit à la scolarité (garanti par la constitution, la convention des droits de l’enfant) pour tous donnant lieu à un titre de séjour pour l’ensemble de la famille et construire son avenir.

En espérant te voir aux côtés de nos camarades "sans-papiers" lors de la prochaine manifestation. Beaucoup de jeunes sont sensibles à cette cause car ce sont leurs amis, leurs camarades de classes qui sont menacés. Les formidables mobilisations de l’automne 2013 en sont la preuve éclatante. Alors, nous t’attendons pour combattre ensemble pour tous les « sans-papiers », les Stéphane Tiki comme les autres.

Promis je t'apprendrai quelques slogans.

Amitiés,"

Nordine Idir

Commenter cet article